Nos actions éducatives et culturelles

LE PRINTIVAL ET LES SCOLAIRES 

LES CHRONIQUEURS DU PRINTIVAL : 

Dans la continuité des chroniques lycéennes, certains élèves du Lycée Jean Moulin se sont lancés dans l’aventure Printival en devenant Chroniqueurs ! Chaque jour, vous pourrez retrouvez leurs écrits, leurs ressentis sur les différents concerts ayant eu lieu la veille. D’autres auront même l’opportunité de venir exprimer en direct leurs sensations sur le Plateau de RPH qui a lieu tous les jours du Festival à 16h au Bar le QG. Un excellent moyen de valoriser et mettre en avant la plume de ces jeunes talents.

 

Chroniques du Mardi 23 avril 2019 : 

Inauguration

20 ans, 20 ans ça se fête et c’est bien ce qui est prévu. Pour commencer cette semaine, nous nous sommes retrouvés dans un foyer des campagnes bondé pour l’inauguration de cette nouvelle édition. Dany Lapointe et Anne Rimbert ont présenté le festival, sa programmation et remercié les accompagnateurs et les bénévoles. Nous avons eu le droit à un duplex à la Gérald Garcia pour le vernissage des différentes expositions que nous propose le festival. Mais le temps maussade n’a pas réussi à atteindre l’ambiance dans le foyer qui découvre Eyo’nlé. Ce groupe béninois nous as fait danser grâce à leurs sonorités africaines et à leur maîtrise des cuivres et du rythme. Toute la salle est emportée par la mélodie des voix et par leur nouveau projet de chansons françaises croqué à la sauce africaine qui a fait danser et bouger le public. Passant d’une fanfare à un quatuor a capella, le groupe a réussi à subjuguer l’audience. Eyo’nlé porte bien son nom, «Réjouissez-vous» c’est exactement ce que l’on a fait devant ce concert.

– Camille Bousquet

 

Bertille/Hervé Vilard

Une marinière, des violons, des lumières rouges et deux jeunes femmes c’est ce que nous a offert la scène du théâtre de Pézenas hier soir. La douce voix de Bertille commence à retentir dans le théâtre et tout le monde est émerveillé. Avec sa violoncelliste, elles enchaînent les instruments au rythme de leurs musiques qui mélangent l’électronique et les violons traditionnels. Bertille s’est confiée à la salle sur ses angoisses et sa vie avec une mélancolie touchante dans la voix.

Vient ensuite Hervé Vilard, tant attendu par le public. Accompagné de son pianiste, il reprend en musique de nombreux textes et poèmes. Passant d’Anne Silvestre à Léo Ferret, l’interprète avec sa voix puissante et profonde nous a fait ressentir toutes les émotions des mots. Accoudé au piano, assit sur une chaise ou debout l’artiste a passionné le public, qui chantonnait ou pianotait sur leurs bras à chaque morceau. C’est sous des tonnerres d’applaudissements que le chanteur est parti laissant une salle émue, remplie d’émotions, des étoiles pleins les yeux.

– Camille Bousquet

 

C’est en douceur que le concert du 23 avril a démarré. En effet, liant une douce mélodie à un rythme cadencé, Bertille a réussi à conquérir son public. Malgré la dureté des textes, on ne pouvait qu’apprécier sa musique légère et fluide. Plus tard, c’est Hervé Vilard qui nous a captivé avec sa lourde voix , des chansons poétiques et une harmonie totale avec des spectateurs émerveillés. Ce fut donc une soirée très plaisante et sereine !

– Eva Fontenay 

 

 

Michel et Yvette

Une petite caravane a fait son apparition sur la place de la République ce matin. C’est Michel et Yvette qui ont ouvert les Print’huître sur leur petite scène, avec un accordéon, un ukulélé et des textes tous plus absurdes les uns que les autres. Ce duo nous a chanté la vie, l’amour, les problèmes tout en légèreté avec des mots crues qui ont fait rire toute l’assemblée. Aucun complexe ni tabou avec eux, ils racontent tout sans gène devant les enfants, les parents et les grands parents qui rient de bon coeur et dansent sur la petite place. La cohésion de ce duo est retransmise au public qui chante avec eux dès qu’il peut. Sous le ciel bleu de Pézenas et autour d’huîtres, Michel et Yvette ont égayé la journée du public.

– Camille Bousquet 

 

 

LES CHRONIQUES LYCÉENNES

Avec une classe de seconde du lycée Jean Moulin à Pézenas.

Ce programme, proposé par le Réseau CANOPE et mené en partenariat avec l’Académie Charles Cros, s’adresse à tout élève de lycée d’enseignement général ou professionnel scolarisé en France ou à l’étranger, ainsi qu’aux détenus scolarisés de niveau lycée des centres pénitenciers. A partir d’une sélection de 20 titres de la nouvelle chanson francophone, réunis sur un CD, les lycéens, accompagnés de leurs enseignants, sont invités à rédiger des chroniques ou critiques musicales dont les plus pertinentes sont publiées dans un supplément de la presse nationale ainsi que sur un site dédié. Il s’agit d’un travail d’écoute et de sensibilisation des lycéens aux textes comme à l’expression musicale dans toute la diversité de ses formes. Au-delà, les élèves peuvent être amenés à découvrir les voies de la création, les métiers de la chanson, les enjeux culturels et économiques de la copie privée, etc…

Une rencontre avec la classe et un artiste est organisée à cette occasion. Un réseau de partenaires, de lieux de programmation, de festivals en France et à l’étranger, sont mobilisés pour faciliter l’organisation ces rencontres. Enfin, en fin d’année scolaire, les lycéens votent pour les chansons qui ont été, pour eux, les plus belles découvertes ; le Prix Charles Cros des lycéens est alors remis à trois artistes et clôture ainsi l’opération.