Imbert Imbert en Avignon par Nos Enchanteurs

Reportage et entretien paru dans Nos Enchanteurs par Catherine Laugier

Ce n’est pas à un concert de chansons, mais à une introspection intime en cheminement à laquelle vous êtes conviés à assister. Ça tient du théâtre, de la poésie, du rock, du concert classique, de la chanson, de la performance, sans jamais s’y limiter. Déjà son récent album, ses Mémoires d’un enfant de trois mille ans, était mise à nu, dévoilement de cette conscience  d’enfant inscrite dans le destin de l’homme, un destin de 300 000 ans, passé à se questionner, à plonger dans l’absurde d’une vie brûlante dont on sait qu’elle a une  fin. On pensait qu’il avait creusé déjà la question, à remonter sans cesse sur la pente cette éternelle pierre qui roule et nous entraîne vers le bas. Mais la réflexion, le sentiment, le corps poursuit son exploration, dans ses caprices, sa quête, sa performance musicale. Nulle crainte à avoir pourtant, il suffit de se laisser porter par cette sensibilité à vif, cette musique enveloppante qui vous fait vibrer, penser, exister. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *