Vendredi 26 Avril

Consacrer, faire découvrir, mettre en lumière, valoriser, c’est la fonction essentielle des prix. Depuis de nombreuses années, l’académie Charles Cros remet ses coups de coeur chanson à des artistes francophones. Ces auditions et remises de prix sont ouvertes au public, en présence des dessinateurs de l’Hélicon.

Chanteur et diseur. Comédien et musicien. Poète et mime. Ignatus est cela, tour à tour et à la fois. Jérôme Rousseaux s’est choisi cet alias après avoir fait ses classes avec Les Objets, duo pop qui osait traduire en français ses influences anglo-saxonnes. C’était le début des années 1990. Depuis, sa vie d’artiste n’a cessé de se jouer dans un entre-deux : mêlant chanson et électro, pop et musique africaine, tradition et modernité.

Entre l’Afrique du Nord, l’Andalousie, le Congo et la Catalogne les deux troubadours nous font revivre leurs périples respectifs aux chemins entrecroisés de rencontres et d’histoires comme un hymne à la diversité, à la rencontre et au partage. Guitares, Calebasse, Flûte, Guembri, enveloppent d’un doux écrin les voix chaleureuses et singulières de Samir Mouhoubi et Davy Kilembé dans un répertoire original parsemé de pépites traditionnelles. Nul ne sait ou nous mènera « Je viens d’où tu vas » mais le voyage sera assurément doux et coloré…

Matéo Langlois, c’est un touche à tout. Chanteur au grain singulier, c’est autour de ses textes qu’il fusionne Piano, Rhodes, Beat Box, Sax et pédales d’effets. On entendrait du Nougaro, quelques fils des coutures de Charlélie… En tout cas l’étincelle est actuelle dans ce solo d’aujourd’hui, ici, la musique groove au service des textes pour vous emmener dans un envol vivant et sincère.

Phanee de Pool débite, déboîte, déroule, déballe, déambule, détonne, décale (souvent) et désarme (parfois). Du slam ? Du rap ? Non. Du slap, baigné dans une chanson française franche mais onctueuse. La jeune artiste suisse décapsule sa rencontre avec le monde. Le nôtre.Le sien. Avec candeur et humour, elle narre l’amour qui s’écroule, les fins de mois difficiles, l’intolérance borgne, la découverte de soi et nos petites (ou grandes) maladresses existentielles d’humains aux prises avec le nouveau siècle.

Au départ, il y a l’idée d’Eugénie Ursch de réunir pour le festival « Fous d’archet » en 2017 à Toulouse son Hardcordes trio et quelques chansons de CHOUF. Trois chansons plus tard c’est une évidence pour tous qu’il faut trouver un prolongement à cette aventure sur un répertoire plus long. Des chansons aux thèmes tantôt graves, tantôt personnels qui questionnent la fragilité et la volatilité de l’être tant dans la société contemporaine que dans son fort intérieur.

Chilla est une jeune dame de 24 ans, de nationalité suisse, qui rappe et vient de sortir son premier disque chez Universal. Jusque-là rien d’extravagant. Sauf qu’elle compte par millions le visionnage de ses clips sur les tubes en ligne et empile les articles élogieux dans le Monde ou les Inrockuptibles. Surtout elle passe du rap au chant avec une aisance confondante et se moque des clichés du hip hop sans craindre d’en jouer. Elle Balance son Porc avec la prestance de ses ainées américaines et signe un « Si J’étais un homme » au féminisme assumée. Une révélation.

Dans l’univers du hip hop il y en a peu qui ose se couper en deux et la jouer profil bas. Le sétois Rachid Daif alias Demi Portion est de ceux-là. La fierté, il la laisse aux vestiaires et joue franc jeu dans le rap game. Aux côtés des anciens comme la Scred Connexion, Oxmo Puccino ou Iam ou avec des nouveaux venus comme Guizmo ou Josman.